Phrases qui me parlent – Antéchronologie

 » Le courage est fait de peur.  »  (Chiara.B, copine en psychologie)

 » L’unique chose qui s’interpose entre toi et ton objectif ce sont les connards qui continuent à te raconter pourquoi tu ne peux pas l’atteindre.  »  (The Wolf of Wallstreet)

 » Il n’y a point de génie sans un grain de folie  »  (Aristote)

 » Tout le monde savait que c’était impossible. Il est arrivé un jour un imbécile qui ne le savait pas et qui l’a fait.  »  (Marcel Pagnol)

 » Je suis un bulldozer !! Mais moi, je crée des parterres de fleurs  »  (Delta, 05/04/16)

Genève, Lac Léman, mardi 19 avril 2016, par Zaeel, moi-même.
Genève, Lac Léman, mardi 19 avril 2016, par
Zaeel, moi-même.

 » Logic will take you from A to B. Imagination will lead you everywhere.  »  (Einstein)

 » La joie de vivre la plus naturelle, la plus pure […] consiste simplement à saturer nos sens d’informations agréables. Le simple fait de regarder du beau, d’écouter du mélodieux, de ressentir du voluptueux, de respirer des parfums ou de goûter des saveurs peut nous mettre dans un état de béatitude passager. La nature peut nous fournir une grande partie de cette joie. L’art vient en complément combler différemment et intensément nos sens et nous procurer une ivresse euphorisante.  »  (Christel Petitcollin, Je pense trop – comment canaliser ce mental envahissant)

Christel_PETITCOLLIN_Livre_Je_pense_trop

 » Equanimité: égalité d’humeur, sérénité, flegme.  »  (Palabres)

 » Fail, fail again, but fail better. Resilience.  »

 » C’est long une dépression, et c’est con, surtout quand on est comme moi, à quand même aimer des choses, aimer la vie, avoir des fois envie de faire partie de ce monde.  »  (Delta, 28/12/15)

«  Je ne sais pas qui je suis car j’ai peur de ne pas être comme je le souhaiterais. Je vogue dans un monde où rien n’est plus, empli de leurres et d’utopies, l’imagination à son paroxysme les mains sur mes paupières closes.  »  (Andréa Poyart)

Andréa Poyart, Idéalisme-Souffreteux
Andréa Poyart, Idéalisme-Souffreteux, effetpapillon27.skyrock.com

 » Ce qui m’est le plus difficile dans ma vie, c’est cette infinie tristesse qui s’empare de moi, et cette angoisse diffuse avec la sensation que je fonce dans le mur.  »  (Delta, 05/12/15)

 » Memory is a simultaneous response to loss and desire.  »  (Loewald)

 » On a tous une mémoire visuelle, mais on passe sa vie à apprendre à refouler ce qui s’y trouve.  »  (Ray Bradbury, Fahrenheit 451)

Illustration de Ralph Steadman
Illustration de Ralph Steadman

 » Mais je suis triste, très triste, à certains instants, et en toile de fond. Accompagné de ces joies inexplicables et intenses, d’états calmes très rares…et le reste ; être actif et ne pas penser ni ressentir, et enfin ces moments de déconnexion. Le texte que je lis m’émouvais tellement…mais je préférais cela à ma douleur intérieure. Plus tard sur Skype j’étais dans une phase de flottement agréable suivie d’une montée euphorique. Là, je tangue, mais j’ai plein d’énergie. J’ai envie de me mettre nue, j’ai envie de corps contre le mien, de danser, de crier… J’aimerais être et vraiment, ou ne pas être…c’est confus, de traduire ces sensations. J’aime en camaieus de bleus et violets.  »  (Delta, 28/11/15)

 

 

Publicités

Solène Revol, 16 ans, 33 kilos

Présentée par Christophe Hondelatte sur Europe 1, l’émission « Hondelatte raconte » est mon rendez-vous presque quotidien. Il y a quelques temps j’ai écouté son récit sur Solène Revol, jeune fille tombée dans l’anorexie mentale et qui en guérit – ça existe !
A noter que cette demoiselle a publié un livre :  « Une petite voix me disait de maigrir encore » (XO Editions). En fin d’émission vous pourrez entendre Solène Revol qui répond à quelques questions.

A écouter.

Sur Europe 1  ou sur YouTube.                                               <– (Cliquez 😉)

maxresdefault

 

Solène :
Je te souhaite le meilleur et espère qu’à ce jour la sérénité et la confiance en toi sont devenues plus présentes que l’anxiété, la tristesse et le dégoût de toi. Tiens bon et merci pour ce que tu nous a raconté, confié.

 

Et le temps passe

Et le temps passe, et je ne publie rien sur cet espace. Il faut, je crois, reprendre en compte un élément important; j’ai invisibilisé mon site de fin mars 2017 à mai 2018 ce qui n’était pas mon intention personnelle mais conditionnée par des circonstances tant malheureuses qu’injustes – je ne peux pas ni ne veux rentrer plus loin dans les détails. Ceci fait que bien que mon site soit de nouveau visible pour vous, chers internautes, je suis un peu frileuse à publier quelque chose sur internet. Néanmoins, je sais à quels risques je m’expose ou ne m’expose pas et il me faut simplement un peu de temps. Je ne compte pas arrêter de m’exprimer et/ou de vouloir aider mon prochain et vous ne verrez pas ce site disparaître à nouveau !

En ce qui concerne la publication d’articles, j’ai plein de choses à aborder, sous forme de brouillons d’articles et de petites notes éparpillées. Par quoi commencer ? Là est aussi une raison du fait que je ne publie pas parce que je suis indécise – c’est plus une excuse qu’une raison, j’en conviens. J’en suis désolée. Il en va de même pour le fait que je n’aime pas publier quelque chose de bâclé, malgré ma spontanéité légendaire 😉

Une dernière raison, c’est que je suis toujours occupée – presque toujours ! Je vois tout de même des amis, par exemple, et heureusement. Même si c’est en coup de vent ou pour 2 à 4 heures dans une journée.

Il le faut, pour notre équilibre, en tout cas pour le mien !

Je  vous laisse avec une photo souvenir de chez un ami, hier, à Gland (Canton de Vaud, en Suisse). Ciel grisâtre, peu m’importe. Il faisait frais, il faisait bon, sur ce balcon.

20180922_162049